Musiques D'Outre-Monde
Sauvée des cendres
Musiques D'Outre-Monde

Hélios Azoulay & l’Ensemble de Musique incidentale
Interview de Hélios Azoulay sur Akadem.
Le musicien Hélios Azoulay, est un spécialiste et interprète de la musique dans les camps de concentration.
Studio Access Digital, Rouen
Octobre-Novenbre 2016
Release : 30 décembre 2016
  1. Aleksander Volkoviski : Shtiler Shtiler (5:49)
    (MP3 - 1:50) (Youtube - 5:49)
    Hélios Azoulay (piano)
Composé par Aleksander Volkoviski au ghetto de Vilna en 1943.
Le jeune garçon, remarquable pianiste alors âgé de 11 ans, gagne un concours musical organisé par le Conseil juif du Ghetto de Vilna en écrivant cette berceuse, qui devient rapidement l’un des chants préférés du ghetto… avant sa liquidation en 1943.

Viktor Ullmann (texte) / Hélios Azoulay (musique) : Le 30 mai 1431 (29:20)
(MP3 - Acte II Scène 3 1:41)
Marielle Rubens (chant)
Hélios Azoulay (Suprême clairon, récitant)
Pablo Schatzman (violon)
Baptiste Vay (alto)
Dimitri Maslennikov (violoncelle)

  1. Acte I, Scène 1. 4:19
  2. Acte I, Scène 2. 3:29
  3. Acte I, Scène 3. 3:03
  4. Acte II, Scène 1. 3:59
  5. Acte II, Scène 2. 6:29
  6. Acte II, Scène 3. 8:01
Le titre "Sauvée des cendres", est donné en référence à un opéra inachevé de Viktor Ullmann (1898-1944).
Le 17 octobre 1944, le compositeur autrichien meurt assassiné à Auschwitz. Il venait à peine de finir le livret d’un opéra consacré à Jeanne d’Arc : Le 30 mai 1431.
Écrit dans l’horreur du ghetto de Terezín, l’opéra d’Ullmann met en scène les plus célèbres moments de la vie de Jeanne jusqu’à sa mort sur le bûcher.
Ce texte totalement inédit a été retrouvé, traduit et édité pour la première fois par le compositeur Hélios Azoulay dans son livre L’enfer aussi a son orchestre.
Si le livret d’Ullmann est un pur chef-d’œuvre de poésie, il est orphelin de musique : le compositeur n’a malheureusement pu griffonner que deux modestes pages pour le piano, inclues à l’intérieur d’une autre partition : Don Quixote tanzt Fandango (1944).
Hélios Azoulay se lance alors dans le pari fou de compléter cet opéra dédié à Jeanne d’Arc, souvent comparée à la prophétesse Déborah, qui mourut brûlée sur le bûcher pour avoir voulu sauver son peuple.
Mais il ne s’agit pas de composer « à la manière de » Viktor Ullmann. Azoulay déploie, diffracte et métamorphose les quelques précieuses mesures de cette partition, sous la forme d’ostinatos mélodiques qui soutiennent le texte.
Car il ne s’agit pas non plus de composer un opéra. Le texte doit avant tout être entendu ! C’est pour cette raison que la création d’Hélios Azoulay est écrite pour récitant, voix de femme, quatuor à cordes et piano.

Le livret de l'opéra est en annexe de l'ouvrage
Helios Azoulay & Pierre-Emmanuel Dauzat
L'enfer aussi a son orchestre
La Librairie Vuibert (25/09/2015)
ISBN : 978-2-31110-081-5

Comptine de Ilse Weber, l’infirmière en chef au quartier des enfants du camp de Terezín.

  1. Ilse Weber : Und der Regen rinnt (2:29)
    (MP3 - 1:06) (Youtube - 2:29)
    Marielle Rubens (chant)
    Hélios Azoulay (piano)
Souvent elle prenait sa guitare et déroulait ses petites berceuses pour les petits, comme une caresse. Mais cette chanson, elle, est pour son propre fils, Hanuš…
Avant que tout ne dégénère et qu’elle se retrouve ici dans cet effroyable ghetto, avec son mari et leur petit Tommy, elle était parvenue à sauver l’aîné en l’envoyant en Suède… c’est loin… Et les murs sont infranchissables…

" Und der Regen rinnt, und der Regen rinnt,
ich denk im Dunkeln an dich, mein Kind.
Hoch sind die Berge und tief ist das Meer,
mein Herz ist müd und sehnsuchtsschwer.
Und der Regen rinnt, und der Regen rinnt,
warum bist du so fern, mein Kind ?

Und der Regen rinnt, und der Regen rinnt,
Gott selbst hat uns getrennt, mein Kind.
Du sollst nicht Leid und Elend sehn,
sollst nicht auf steinigen Gassen gehn.
Und der Regen rinnt, und der Regen rinnt,
hast du mich nicht vergessen, Kind ? "

  1. Helios Azoulay : La Rêverie de Mengele, ימח שמו וזכרו
    Quatuor à cordes n°79
    (8:25)
    (MP3 - 1:42)
    Pablo Schatzman (violon I) - Teona Kharadze (violon II) - Baptiste Vay (alto) - Dimitri Maslennikov (violoncelle)
    (Youtube - 8:43)
    Pablo Schatzman, violon I - Clara Abou, violon II - Patrick Dussart, alto - Florent Audibert, violoncelle
    Enregistré en public le 27 novembre 2013 à Paris
A Auschwitz, le Hauptsturmführer Mengele, qui pratique des expériences médicales atroces entraînant la mort de milliers d’adultes et d’enfants, demande à Alma Rosé, qui dirige l’orchestre des femmes du camps, d’interpréter "La Rêverie" de Robert Schumann.
L’obscénité absolue d’un tel choix a inspiré à Hélios Azoulay une pièce musicale où contraste la douceur de l’œuvre originelle de Schumann à l’horreur des camps d’extermination.
  1. Aaron Liebeskind : Kolysanka dla synka w krematorium (4:12)
    (MP3 - 1:45)
    Raconte l’histoire de Aaron Liebeskind, un jeune horloger polonais de Bilgoraj, qui assiste impuissant au meurtre de sa femme, Edith et de son fils en 1942 dans le camp d’extermination de Treblinka.
    Il supplie le gardien du crématoire de lui laisser la nuit pour veiller son fils. Alors que l’odeur insupportable des corps grillés flotte dans l’air, Aaron berce son petit enfant de trois ans, mort, dans ses bras, en lui chantant une berceuse…