Ben-Zion Witler Ben-Zion Witler (1907, Belz, Galicie - 1961)
Hervé Roten

http://www.cfmj.fr/fr/contenuen-ligne/biographies/witler-ben-zion-1907-1961.html

Ben-Zion Witler (ou Ben-Tsion Vitler, ou encore BenZion Wittler), né en 1907 à Belz, en Galicie, est mort en 1961. C’était non seulement un chanteur, mais également un acteur et un compositeur.
A l’âge de 6 ans, il suivit sa famille qui quitte Belz pour se rendre à Vienne, ou il reçoit une éducation religieuse Hassidique stricte. Craignant les réactions de sa famille, c’est sous un pseudonyme qu’il rejoint secrètement le « Théâtre Juif Libre » à l’âge de 12 ans.
Il travailla brièvement comme journaliste à l’hebdomadaire allemand sioniste Wiener Morgenzeitung, mais en 1926, il revient sur la scène théâtrale viennoise, pour y interpréter des comédies et des opérettes.
Il étudie également le répertoire de l‘opéra avec Yulianovsky et Fuchs et participe à des tournées à Paris, Londres, et en Afrique du Sud.

Au milieu des années ’30, il passe trois ans en Pologne, où il devient vite le « chouchou du public ». En 1937, on le retrouve à Riga où il se produit dans A Khasene in Shtetl et dans Le Mariage Galicien de William Siegel.
Parmi ses nombreux grands rôles, on peut citer Yanko the Gipsy, A Millionaire’s Caprice, The American Litvak, The Brave Officer, The Bandit Gentleman, The Strength of Love, The Bride with Three Brothers, The Golden Bridegroom, The Threshold of Joy, It’s Hard to be a Jew de Sholom Aleichem, The Dybbuck de Shalom Ansky, God, Man and Devil de Jacob Mikhailovich Gordin, et Yankel the Smith de David Pinski.

A partir de 1940, il va se produire à travers les Etats-Unis, notamment à New York, au Théâtre Hopkinson, dans Forgotten Women, de William Siegel, et à Chicago, au Théâtre Douglas dans A Golden Dream, du même auteur.

En 1946, année de naissance d’un autre grand homme, il se produira à travers l’Argentine, à Buenos Aires, au Théâtre Mitre, dans Home Sweet Home, de Kalmanovitsh.
Il va jouer avec sa femme, Shifra Lerer, actrice née en Argentine, jusque dans les années ’50 aussi bien en Amérique du Nord et du Sud, qu’en Israël et en Afrique du Sud.

Il a enregistré des centaines de chansons, dont les plus connues sont :
• Gelibte (Aimé)
• Dzhankoye
• Varshe (Varsovie)
• Akhtsik er, zibetsik zi (Lui 80, Elle 70)
• Byalostok
• Mayn alte heym
• Oyfn veg shteyt a boym
• Leb un Lakh
• Krokhmalne Gas
• Zing, Brider, Zing!
• Belz