Mieczyslaw Weinberg
Naxos 8.573931

Claudia Stein, flute
Elisaveta Blumina, piano
Szczecin Philharmonic Orchestra
David Robert Coleman, conductor
11 octobre 2019
https://www.amazon.fr/dp/B07WLBRK2S/

 

 

https://filharmonia.szczecin.pl/events/1028-Claudia_Stein_plays_Weinberg

Ce compositeur polonais a passé la majeure partie de sa vie en Union soviétique. En septembre 1939, il s’échappa pour la première fois à Minsk, puis partit pour Tachkent, où il commença à travailler à l’opéra. Grâce au soutien de Dmitri Chostakovitch en 1943, il s'installe à Moscou. Ses œuvres ne respectaient pas les normes imposées par les autorités, ce qui explique pourquoi le compositeur mettait principalement ses créations sous couvert, gagnant sa vie en écrivant de la musique pour le théâtre, la radio et le cirque. En raison de ses racines juives, Mieczysław Weinberg fut envoyé en prison pendant plusieurs semaines. Il fut libéré suite à la mort de Staline.
Une étroite amitié avec Chostakovitch a eu une grande influence sur la musique symphonique de Weinberg. Ce qui était particulièrement impressionnant pour ce musicien polonais, avant même sa rencontre personnelle avec l'artiste russe, était l'interprétation de sa symphonie no 5. Weinberg lui-même a écrit 22 symphonies (la dernière était inachevée). À la fin des années 1980, après avoir terminé 20 symphonies, il décide d'introduire une certaine variation de ce genre, qui se manifeste par une limitation du casting. Les trois premières des quatre symphonies de chambre écrites en 1987-1992 sont un arrangement d'anciens quatuors à cordes, tandis que la quatrième est une œuvre tout à fait originale.
En plus des symphonies, Weinberg a également écrit des concertos solo pour divers instruments, 18 œuvres de ce genre, dont deux concertos pour flûte. Le Concerto No.1 Op. 75 de 1961 surprend avec les premières notes avec énergie de danse, qui ne cesse que dans le deuxième mouvement qui est extrêmement silencieux et méditatif. Le personnage dansant revient dans le troisième mouvement, dans lequel les influences de la musique klezmer se mêlent au folklore polonais.
En 1945, la Partita pour flûte avec accompagnement au piano est créée. En 1983, elle est réorganisée pour flûte et orchestre comprenant 12 miniatures à l'ambiance remarquablement douce et pastorale. La pièce comprend les circonstances de la guerre à l'époque de leur création et les tragédies personnelles que le compositeur a connues.

http://davidrobertcoleman.de/?p=387

http://davidrobertcoleman.de/davidcoleman/wp-content/uploads/2019/07/coleman_cd_weinberg-624x622.png