Paths
Supraphon SU4304

Josef Špacek, violon
Tomáš Jamník, violoncelle
Enregistrement : 03/06-01/07/2021
Lieu : Nimerice, République Tchèque
Date de sortie : 01/02/2022
Durée totale : 1:06:16

 ‎

Leoš Janáček (1854-1928) 17:37
Quatuor à cordes n° 1 d'après "La Sonate à Kreutzer" de L. Tolstoï  (Arrangement pour violon et violoncelle)

  1. 1: I. Adagio - Allegro
  2. 2: II. Con moto
  3. 3: III. Con Moto - Vivo - Andante
  4. 4: IV. Con moto - Adagio - Più mosso

‎Erwin Schulhoff (1894-1942) 15:41
Duo pour violon et violoncelle

  1. 5: I. Moderato
  2. 6: II. Zingaresca
  3. 7: III Andantino
  4. 8: IV. Moderato

‎Gideon Klein (1919-1945) 9:28
Duo pour violon et violoncelle

  1.   9: I. Allegro con fuoco
  2. 10: II. Lento

‎Bohuslav Martinů (1890-1959)
Duo pour violon et violoncelle n° 1, H 157 12:59

  1. 11: I. Preludium. Andante moderato
  2. 12: II. Rondo. Allegro con brio

Duo pour violon et violoncelle n° 2, H 371 10:17

  1. 13: I. Allegretto
  2. 14: II. Adagio
  3. 15: III. Poco Allegro

‎Des chemins qui se croisent et divergent, ceux que nous choisissons nous-mêmes et ceux qui sont prédestinés et inévitables : à travers ce prisme,
le violoniste Josef Špacek et le violoncelliste Tomáš Jamník voient la musique de quatre compositeurs tchèques écrite en seulement 35 ans du 20ème siècle.
Janácek, enchanté par l’idée du panslavisme, a été conduit par le désir en Russie, un pays où il a trouvé l’inspiration pour son quatuor à cordes (ici dans un arrangement ambitieux pour deux instruments), dans une nouvelle de Tolstoï.
Erwín Schulhoff, admirateur et ami de Janácek (à qui il a dédié le duo figurant sur le présent album), a investi ses espoirs dans la Russie soviétique, mais cela ne l’a pas sauvé de la mort dans un camp de concentration nazi.
Un sort similaire (incarcération à Theresienstadt et Fürstengrube) est arrivé à Gideon Klein, un autre compositeur doué et prometteur, qui a été assassiné par les nazis à l’âge de 25 ans. Seuls deux mouvements incomplets de son remarquable Duo pour violon et violoncelle ont survécu.
Les chemins poursuivis par Bohuslav Martinu – d’abord poussé par la soif de connaissance puis contraint de fuir les nazis – ont conduit de Prague aux États-Unis en passant par Paris, avant de retourner en Europe ; pourtant, les circonstances ne lui permettaient pas de revoir son pays bien-aimé.
Martinu a écrit son Duo pour violon et violoncelle n° 2 vers la toute fin de sa vie – et il conclut également l’album de deux artistes brillants.