Erich Adler

né le 26 avril 1911 à Königsberg an der Eger (Bohême) / Kynšperk nad Ohři, Autriche-Hongrie / aujourd’hui République tchèque,

décédé le 7 mai 1982 à Düsseldorf, Allemagne / RFA, compositeur, altiste, pianiste, chef d’orchestre, entrepreneur.

Biographie

Erich Adler est né le 26 avril 1911 dans une famille judéo-allemande à Kynšperk nad Ohři, en Bohême. Son père y travaillait dans l’usine de lin fondée par le grand-père d’Erich Adler. Après les premières années de l’école primaire, la famille a déménagé à Cheb (Eger), qui appartenait maintenant à la République tchécoslovaque après l’effondrement de la monarchie austro-hongroise, où le père dirigeait une usine de linge pour hommes et un magasin de textile avec son frère. Là, Erich Adler a fréquenté l’école de musique et a également reçu ses premières leçons de composition à Karlovy Vary (Carlsbad) du directeur musical général local Robert Manzer. Avant même d’obtenir son diplôme d’études secondaires, qu’il a suivi en 1929, il a travaillé au théâtre municipal de Cheb en tant que répétiteur suppléant et chef d’opérette, a reçu le premier prix en 1927 au concours Ultrafon pour la valse anglaise « Geh' nicht fort von mir » et a connu la première impression d’une composition en 1928 - les « Quatre esquisses pour piano 'Ein Alltag' » ont été publiées par Hohler & Schäfler à Karlovy Vary et Leipzig. Le 26 janvier 1929, l’Orchestre symphonique de Karlovy Vary interpréta sa « Fantaisie orchestrale sur le Triton et la Néréide d’Arnold Böcklin » op. 8 pour la première fois.

Adler est allé à Berlin pour s’entraîner. Fidèle à la tradition familiale entrepreneuriale, il y étudie les sciences commerciales de 1929 à 1933 à la Handelshochschule. Mais en même temps, il poursuit – probablement en privé – ses études musicales avec Hugo Kaun (composition), Robert Zeiler (instruments à cordes) et Fritz Dettmann (piano). En 1934, il épouse Hanna Dvořák à Cheb, issue d’une famille juive tchèque.

En 1936 ou 1937, le couple fuit l’Allemagne nazie et retourne à Cheb, où Adler travaille d’abord dans l’usine de son père en tant que signataire autorisé, puis fonde l’usine de lingerie pour hommes ADA. Tous deux ont tenté en vain d’échapper à l’antisémitisme croissant en Tchécoslovaquie, alimenté par le Parti allemand des Sudètes dirigé par Konrad Henlein, en s’installant à Klatovy (Klattau). En 1938, ADA a été « aryanisé » par un « fiduciaire » allemand et Adler a été forcé de faire du travail forcé comme coupeur dans sa propre entreprise. Cela a été suivi en 1941 par le travail forcé comme menuisier dans une scierie et dans le tri des biens juifs confisqués. En 1941, les nationaux-socialistes forcèrent le couple à déménager dans une soi-disant « maison des Juifs ». En 1943, Adler travailla brièvement au Conseil juif des anciens nommé par les nazis à Klatovy. Après avoir été emprisonné à la prison de Pankrác à Prague entre octobre et décembre 1939 après une dénonciation et y avoir également été maltraité – peut-être son appartenance à l’organisation juive B’nai Brith, dissoute par les nationaux-socialistes en 1938 – il fut déporté au camp de concentration de Hagibor à Prague en 1943 et finalement transféré au ghetto de Theresienstadt le 4 février 1945.

 

Pendant la période d’activité entrepreneuriale indépendante à Cheb ainsi que pendant la persécution nationale-socialiste, son activité musicale s’était largement reposée. Avec l’intégration dans le soi-disant « Département des activités de loisirs » à Theresienstadt, il l’a repris. Il a joué dans l’orchestre de l’opéra et du café et a travaillé dans les archives de musique et d’instruments du ghetto. Et il a commencé à traiter les expériences de manière compositionnelle. Ainsi, la « Theresienstädter Sonatine » pour violon et piano a été écrite dans le ghetto. Après la libération du 11 mai 1945, qu’il a vécue en tant qu’homme gravement malade, il a commencé à travailler sur le cycle « Attendre en vain. Sechs Bilder aus dem Ghetto Theresienstadt pour petit orchestre et flûte solo, voix d’hommes, de femmes et d’enfants ».

Après la fin de la guerre, Adler vécut de nouveau à Klatovy, mais y fut confronté à la situation difficile de la population juive restante, qui s’était déclarée allemande lors du dernier recensement en 1930. Comme les décrets Beneš leur ont également été appliqués, sur la base desquels leurs biens « aryanisés » par les occupants allemands ont été transférés à l’État tchécoslovaque, ils sont restés expropriés deux fois. Adler n’était également plus autorisé à diriger sa propre entreprise. Il a travaillé jusqu’en 1952 comme altiste au Klatovské kvarteto et après avoir déménagé à Ústí nad Labem en tant que chef d’orchestre à l’opéra local et à la radio. En 1950, il devient membre de l’Union des compositeurs tchécoslovaques. Après la guerre, il change occasionnellement son nom pour la forme tchèque Erich Orlický. Entre 1950 et 1969, il a utilisé ce nom presque exclusivement.

Avec l’intensification renouvelée du climat antisémite au cours du procès dit de Slánský en 1952, son implication dans la vie musicale tchécoslovaque a pris fin brutalement: Adler a été arrêté deux fois à la prison de Pankrác à Prague en tant qu’ancien entrepreneur pour détournement présumé de biens et en tant que membre de l’organisation juive B’nai Brith, qui a été interdite à nouveau. Cependant, une condamnation dans le cadre du procès Slánský n’a pas eu lieu faute de preuves. Il a ensuite été expulsé de l’Union des compositeurs et interdit de toute activité musicale. Après le déménagement forcé à Česke Budějovice, il ne pouvait composer qu’en privé. Finalement, il a reçu la permission de gagner sa vie comme pianiste de bar, accordeur de piano et leçons de piano.

En 1969, il réussit à fuir en Autriche. Par la suite, il s’installe en République fédérale d’Allemagne et se fait à nouveau appeler Erich Adler. Là, il a essayé à nouveau de devenir musicalement actif, et a traduit toute sa composition en copie équitable. Il meurt le 7 mai 1982 à Düsseldorf.

Les compositions d’Erich Adler ne sont en grande partie conservées que dans des copies manuscrites de la période qui a suivi la Seconde Guerre mondiale ou après son déménagement en Allemagne de l’Ouest. Comme Adler a à peine daté ses œuvres, une chronologie ne peut être établie en grande partie que sur la base de preuves circonstancielles. On peut supposer que toutes les œuvres en tchèque et sur des textes tchèques ont été écrites après 1950 et que les pièces pour piano avec des dates vintage datent de l’époque où il était professeur de piano à Česke Budějovice. L’interdiction de travailler comme musicien en Tchécoslovaquie signifiait que ses compositions, qui sont principalement engagées dans un idiome traditionnel, restaient inconnues et étaient à peine jouées. Les manuscrits et les estampes de ses compositions sont conservés dans les archives de l’Akademie der Künste Berlin (AdK AdlerEr).

Sources principales : AdK AdlerEr

Citation recommandée
Daniela Reinhold: Erich Adler, dans: Lexikon verfolgter Musiker und Musikerinnen der NS-Zeit, Claudia Maurer Zenck, Peter Petersen (eds.), Hambourg: Universität Hamburg, 2012 (https://www.lexm.uni-hamburg.de/object/lexm_lexmperson_00005321).

Personnel

Hauptname: Adler, Erich
Nom de jeune fille : Adler, Erich Aharon
Autres noms: Aigle, Erich
né: 26 avril 1911 Königsberg an der Eger (Bohême)/Kynšperk nad Ohři, Autriche-Hongrie/présent: République tchèque
décédé: 7 mai 1982 Düsseldorf, Allemagne/RFA
Mère: Wilhelmine Adler, née Schindler (née le 6 mars 1886 à Trebnitz (Bohême), Autriche-Hongrie, décédée le . 27 mars 1932 Cheb, Tchécoslovaquie)
Père: Arthur Adler (né le 5 novembre 1879 à Königsberg an der Eger (Bohême), Autriche-Hongrie, mort en 1939 à Klatovy, Tchécoslovaquie), entrepreneur textile
Frère:
Mariage/partenariat : ∞ 25 août 1934 Hanna Adler, née Dvořák (née le 19 juillet 1909 à Tabor (Bohême), Autriche-Hongrie, décédée. 3 août 2003 Düsseldorf), a survécu après un changement forcé de résidence à Klatovy
Enfants: Peter Adler (né le 9 juillet 1941 à Česke Budějovice, Tchécoslovaquie, décédé le . 17 juin 1990 Mönchengladbach, Allemagne), professeur d’art, a survécu à Klatovy en se cachant avec des voisins qui l’ont fait passer pour leur propre enfant –
Jaroslav Ivan (Jary Nathan) Adler (né le 5 février 1946 à Česke Budějovice, Tchécoslovaquie), artiste visuel
Langue maternelle: Allemand, Tchèque
Religion: Juif
Nationalité: Autrichien, Tchécoslovaque depuis 1918, Allemand depuis 1970
Tombe: Cimetière juif, Düsseldorf

Professions/Activités

Aperçu: Compositeur, altiste, pianiste, chef d’orchestre, entrepreneur
Études/études : Cheb: École de musique; Karlovy Vary: cours de composition avec Rudolf Manzer; Berlin Études commerciales (1929-1933), leçons de composition avec Hugo Kaun (1930-c. 1933), leçons d’instruments à cordes avec Robert Zeiler (1930-c. 1933), leçons de piano avec Fritz Dettmann (1930-c. 1933)
Emploi/Participation/Fondation :
Opéras/théâtres
Cheb: Théâtre municipal (années 1920, répétiteur, chef d’orchestre), Ústí nad Labem: Opéra (c. 1947-1952, direction)
Ensembles instrumentaux
Quatuor Klatovy (1945-1948, Bratscher)
Radio/Télévision
Ústí nad Labem: Rundfunk (um 1947-1952, chef d’orchestre)
Adhésions: Union des compositeurs tchécoslovaques (1950- c. 1954)
Titres/Prix :
Titres académiques
Ingénieur

Persécution/Exil

Raisons: persécution « raciale », persécution politico-idéologique
Étiquettes: aryanisation/expropriation, dénonciation, déportation, fuite à l’étranger, emprisonnement, détention dans un ghetto, libération de prison, Juifs, maisons juives, emprisonnement dans un camp de concentration, chapelle du camp, abus, restitution/indemnisation, sionisme, travail forcé
Exilland: Tchécoslovaquie
Inhaftierungsort: Prison de Pankrác, Prague, Camp de concentration de Habibor, Prague, ghetto de Theresienstadt
Étapes:
1936/1937
Fuite de Berlin à Cheb (Tchécoslovaquie)
vers 1937/1938
En raison du climat antisémite croissant sous l’influence du Parti allemand des Sudètes de Konrad Henlein déménage à Klatovy (ČSR)
1938
Rachat de l’usine de lingerie masculine ADA d’Adler par un « syndic » allemand, puis travail forcé comme coupeur
Octobre à décembre 1939
Emprisonnement à la prison de Pankrác à Prague
1941
Travail forcé comme menuisier dans une scierie et dans la collecte et le tri des biens juifs confisqués à Klatovy
7 octobre 1943
Déportation vers le camp de concentration de Hagibor à Prague
4 février 1945
Transféré dans le ghetto de Theresienstadt, où il est libéré le 11 mai 1945 en tant que malade grave.
à partir de 1945
Persécution en Tchécoslovaquie en tant qu’Allemand dans le cadre de l’application des décrets Beneš (il est resté exproprié) et en tant que Juif dans le cadre du procès Slánsky (emprisonnement et interdiction professionnelle)
1969
Vol vers l’Autriche, puis déménagement en Allemagne de l’Ouest

Œuvres

 1 Œuvres scéniques

2 Œuvres orchestrales

3 Musique de chambre

4 Œuvres pour instrument solo

5 Solovokalwerke

6 Chormusik

7 Adaptations

8 Compositions perdues

Sources

Archiver

AdK AdlerEr
Akademie der Künste Berlin, Berlin, https://www.adk.de: contient: Archives Erich Adler avec des manuscrits et des estampes musicales, de la correspondance, des documents de l’époque de son internement dans le ghetto de Theresienstadt, des critiques de journaux, des notes de programme, des photos.

Littérature

WlaschekRM 1995 ff.
Rudolf M. Wlaschek: Biographia Judaica Bohemiae, Dortmund: Forschungsstelle Ostmitteleuropa an der Universität Dortmund, 1995 ff.

JDP

URL permanente dans LexM
https://www.lexm.uni-hamburg.de/object/lexm_lexmperson_00005321
Citation recommandée
Daniela Reinhold: Erich Adler, dans: Lexikon verfolgter Musiker und Musikerinnen der NS-Zeit, Claudia Maurer Zenck, Peter Petersen (eds.), Hambourg: Universität Hamburg, 2012 (https://www.lexm.uni-hamburg.de/object/lexm_lexmperson_00005321).

Daniela Reinhold (2012, mise à jour le 30 mars 2017)
https://www.lexm.uni-hamburg.de/object/lexm_lexmperson_00005321